posts dans la catégorie 'Poèmes'


Mon Amour pour toi dans le temps…

Mon Amour pour toi dans le temps... dans Passion 394937

 

Parfois je te deteste parce que tu me manques et j’suis sur tu le fais exprès!

De temps en temps, j’ai envie de te mordre même si ça te fait mal!

Régulièrement j’ai envie de te dire que t’es béte tellement t’es drole!

Souvent je te trouve tellement jolie que ça devrait être interdit par les lois!

Mais alors!Toujours je t’aime vraiment trop plus haut que le ciel!

Et jamais j’ai envie que tu sois loins de moi!!!

 

 

 

 

J’aime les tragédies!

« Elle aimait la vie, il aimait la mort
Il aimait la mort, et ses sombres promesses,
Avenir incertain d’un garçon en détresse,
Il voulait mourir, laisser partir sa peine,
Oublier tous ces jours à la même rengaine…

Elle aimait la vie, heureuse d’exister,
Voulait aider les gens et puis grandir en paix,
C’était un don du ciel, toujours souriante,
Fleurs et nature, qu’il pleuve ou qu’il vente…

Mais un beau jour, la chute commença,
Ils tombèrent amoureux, mauvais choix,
Elle aimait la vie, il aimait la mort,
Qui d’entre les deux allait être le plus fort?

Ils s’aimaient tellement, ils auraient tout sacrifié,
Amis et famille, capables de tout renier,
Tout donner pour s’aimer, tel était leur or,
Mais elle aimait la vie et il aimait la mort…
Si différents et pourtant plus proches que tout,
Se comprenant pour protéger un amour fou,
L’un ne rêvait que de mourir et de s’envoler,
L’autre d’une vie avec lui, loin des atrocités…

Obligés de se séparer,
Ils s’étaient promis leur éternelle fidélité…
Aujourd’hui, le garçon torturé vit pour elle,
Puisque la fille, pour lui, a rendu ses ailes…

Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui… »

Du Shakespeare je crois, découvert récemment…J’adore!Mais je trouve ça bizard de ne pas trouver l’original en anglaisIndeci…Bref,c’est louche!

Poème de Gerard De Nerval: El Desdichado (Le malheureux, le malchanceux)

fish

………………………………………………………………………………………………..

 

Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

 

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s’allie.

 

Suis-je Amour ou Phoebus ?… Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J’ai rêvé dans la Grotte où nage la Sirène…

 

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

Recueil : Odelettes

Je trouve jamais de titres à mes poèmes…-_-

Filles sang

Je suis lacérée par un vide

 

Qui me ronge comme un acide…

 

Le vide de nos rêves enlacés

 

Et de notre future fracassé…

 

Je t’ai perdu violemment,

 

Avec nos rires, mes espoirs et mon sang.

 

De cette blessure empoisonnée

 

Ne coule que le désespoir d’une vie figée…

 

L’odeur incisive d’une seconde mort

 

Ne m’enivre que d’une souffrance sans remords.

 

Je reste passive près de ton inertie,

 

T’offrant les restes d’un semblant de vie…

Petit poème écrit en philo^^

 

 

Looking for you

 

J’attends que mon errance cesse,

 

 

 

 

Que ses larmes s’effacent de mes pensées…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l’instant, je visite sa détresse

 

 

 

 

 

 

 

Et j’observe des paysages fanés.

 

 

 

 

 

 

 

Traversant des chemins désabusés

 

 

 

Je pense au reflets de ses souffrances

 

 

 

 

 

 

 

Sur son visage que j’ai aimé

 

 

 

 

 

 

 

Sans réussir à lui donner un sens.

 

 

 

 

 

 

 

Une clairière sans espoir ni lumière

 

 

 

 

 

 

 

Semble s’inventer sous mes pas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M’accueillant froidement tel un cimetière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Distant, et ne dissimulant pas

 

 

 

 

 

 

 

Une connaissance qui m’est inconnue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucunes brises ne se mêlent à mon souffle…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule son absence s’impose à perte de vu,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M’isolant avec le désir que son souvenir s’essouffle.loverequiem.jpg

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
high school musical et camp... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres